Les flammes de l'enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les flammes de l'enfer

Message par Salen Kotch le Sam 4 Fév - 20:36

Au coeur des ténèbres

...

L'amiral Kotch se trouvait dans ses quartiers, assit à son bureau fasse à l'espace. Il tenait un petit objet, un écran très fin sur lequel il faisait défiler des photos, photos de sa femme et de sa fille. Depuis leur mort, pas un seul jour ne s'était écoulé sans qu'il ne les regarde. Après avoir fini, il reposa l'écran sur le bureau. Quelqu'un attendait devant la porte, il aimait ne pas être déranger durant ses petits moments de deuil, et aucun homme sous ses ordres n'aurait osé le déranger. Il le voyait sur son écran de contrôle, il se dirigea vers la porte et l'ouvrit. L'homme derrière en fut supris, il sursauta et se mit au garde à vous.

« Amiral.
- Parlez.

Kotch parlait toujours d'une manière un peu sévère, comme si chacune de ses paroles était une sorte d'orde.

- La balise A75 s'est activé, il s'agit d'un petit vaisseau de transport.
- A la passerelle. »

L'homme baissa la tête en signe de respect et se dirigea vers la passerelle, l'amiral le suivait. Ils arrivèrent quelques minutes plus tard sur la passerelle, l'homme passa en premier.

« Amiral sur le pont.

Toutes les personnes se présentent se levèrent pour se mettre au garde à vous. Kotch s'installa dans son siège, celui était installé sur une petite plateforme surélevé au centre de la passerelle. Sur sa gauche plusieurs écrans de contrôle affichaient toutes les informations retransmise par la balise.

- Rapport de situations.
- Vaisseau de transport type Valkior 3, la balise transmet toujours.
- Bien, je veux ces informations sur mon terminal. La transmission à t-elle était vue ?
- Oui Amiral.
- Très bien. Ils savent donc à qui ils ont affaire, lancez le brouillage de leur communication depuis la balise. De toute façon même s'ils essayent de communiquer le Conglomérat ne fera rien. Nos croiseurs ?

A cette demande, une jeune femme activa un hologramme représentant une carte du secteur. L'amiral se pencha dessus, de sa main il la déplaça, zoomant sur l'un de ses croiseurs en faction. La faisant ensuite glisser jusqu'à une nouvelle balise.

- Amiral, L'Olympus et L'Orion sont à l'entrée du secteur. L'Ares est proche de notre position, le Mars quant à lui est assez éloigné, il continue toujours sa mission d'exploration. Les trois derniers croiseurs sont sur votre carte amiral.
- Très bien.

Kotch se leva de son siège avança lentement jusqu'aux vitres, contemplant l'espace qui s'offrait à lui.

- Préparez un saut, nous allons à leur rencontre.»

Tout le personnel s'activa, préparant le saut sur la positon de la balise. Kotch ne savait pas encore ce qu'il allait trouver. Un vaisseau en détresse ? Un énième suicidaire venu l'éliminer ? Peu l'en importait après tout. Sa flotte était puissante, son vaisseau était bien plus puissant qu'une bonne partie de la flotte du Conglomérat. Il y avait certes quelques croiseurs égalant sa puissance de feu. Mais Salen connaissait bien leur Commandant, aucun d'eux n'oserait venir ici pour l'affronter, car Kotch lui, avait le soutient de ses hommes, et en moins de dix secondes 7 autres croiseurs pouvaient sauter sur sa position. Non, bien idiot serait celui s'aventurant jusqu'ici.

Code de Frosty Blue de Never Utopia


Dernière édition par Salen Kotch le Dim 12 Fév - 9:51, édité 1 fois
avatar
Salen Kotch
Amiral

Messages : 8
Date d'inscription : 04/02/2017

Module d'informations
Expérience:
10/250  (10/250)
Lieu de vie: Secteur Minos
Fonction: Amiral de la flotte Liberatum

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les flammes de l'enfer

Message par Salen Kotch le Dim 5 Fév - 10:25

Au coeur des ténèbres

...

Lentement, le Liberata lança sa procédure de saut, les volets du pont supérieur se levèrent, laissant sortir toute l'énergie produite par le réacteur secondaire. Le Liberata était pourvu des dernière technologie en matière de saut, sur d'autre vaisseau il fallait par exemple se tenir à quelque chose, ou bien être attaché pour ne pas être projeté contre un mur sous la puissance du saut. La version Mark VI du pont-temporel permettait d'éviter cela, il était donc possible de se tenir debout sans crainte de chuter, dans un époque lointaine, cette sensation ce nommé "le coup de pied au cul", en référence au voiture capable d'atteindre un pique de vitesse très rapidement. L'amiral se tenait toujours debout près de la vitre de la passerelle.

« Amiral, nous sommes prêt.
- Sautez.
- Saut dans 3... 2... 1... »

D'immenses arcs électriques sortirent des volets du pont supérieur, créant une sorte du bulle protectrice bleutée autour du vaisseau. L'espace autour du vaisseau se distendu, le temps semblait être au ralenti, il n'y eu aucun bruit, aucune vibration. La bulle bleutée disparue, les volets se replièrent et ils étaient sur la position de la balise. L'amiral n'avait pas bougé durant le saut, il se tourna et se rapprocha de son terminal, la carte holographique était toujours là. Il toucha au niveau de la balise, automatique la carte zooma, affichant la zone avec plus de précision. Le petit vaisseau était juste devant eux. Ce n'était pas vraiment un petit vaisseau pour être précis, mais la différence de taille entre les deux. Le Liberata était l'un des plus gros croiseur jamais construit, 927 mètres de long par 151 mètres de large. D'un point de vue histoirique, ce n'était pas le plus gros, le record avait était atteint par un Croiseur Velkanos de Classe 3, utilisé pendant la guerre Stellaire. Celui-ci, nommé "L'invincible" faisait alors 1356 mètres de long par 258 mètres de long. C'était alors le croiseur le plus armé l'univers, celui-ci fut détruit pendant la guerre. Et depuis à cause des nouvelles normes technologique mais surtout militaire il était difficile de pouvoir concevoir un vaisseau atteignant les 1000 mètres.

« Analyse du vaisseau.
-  Transporteur de troupe classe Raven, 7 personnes à bords.
- Ouvrez les communications, canal 6, forcez l'entrez.
- A vos ordres amiral. »

Sur les Croiseurs il était possible de forcer une communication, de manière à être sûr que le vaisseau contacter entende. Kotch voulait être sûr qu'ils pouvaient l'entendre.

« Ne tirez pas ! Ne tirez pas je vous en prie ! Pitié !
- Ici l'amiral Salen Kotch de la Flotte Liberatum, que faites vous ici ? La transmission de la balise était pourtant claire.
- Quelle transmission ? Nous n'avons reçu aucune transmission !

Kotch hocha la tête faisait signe à l'artilleur d'ouvrir le feu. Une tourelle pivota et se braqua sur le petit vaisseau avant d'ouvrir le feu. Le rayon passa à quelques centimètres de celle-ci. Il s'agissait là du seul et unique avertissement.

- Ne vous avisez pas de me mentir, nous savons que la balise à émit sa transmission, vous l'avez écouté. Au prochain mensonge je vous éparpille dans le vide.
Il y eu alors un profond silence, personne sur la passerelle ne bougea ne serait-ce qu'un cille. Kotch était malheureusement très sérieux. L'amiral avait déjà la main tendu, près à donner l'ordre d'ouvrir le feu.
- Nous sommes du Conglomérat ! Notre vaisseau marchand à été attaqué par des pirates ! Il y a des femmes et des enfants à bord pitié !

En entendant cela, Kotch ne baissa pas sa main, il annula son ordre. Quelques secondes plus tôt il n'aurait eu aucun cas de conscience à faire feu sur le vaisseau mais là... Il espérait seulement qu'il ne s'agisse pas d'une ruse pour le tester. Il coupa les communication le temps de s'adresser à son équipage.

- Je veux un scan approfondie des TSV (Terminal de Signe Vitaux). Âge, sexe, blessures éventuelles.

Plusieurs secondes s'écoulèrent avant que quelqu'un sur la passerelle transmette les informations sur le terminal de Kotch. Il regarda attentivement. Il y avait un homme d'une trentaine d'années, 3 femmes aux alentours de la vingtaine et 3 enfants de 5 à 8 ans.  L('homme était légèrement blessé, une des femmes cependant était gravement blessé, elle ne s'en rendait peut-être pas compte mais elle une côté cassée était en train de créer une hémorragie interne. D'ici 5 à 10 minutes elle allait sans doute se mettre à pâlir fortement, avant de mourir.

- Ouvrez l'hangar 7, utilisez le rayon tracteur, je ne veux pas voir s'écraser sur le tarmac.

Kotch réactiva alors les communications.

- Un rayon tracteur va vous faire atterrir, lâchez les commandes où vous allez vous cracher sur nos boucliers. Salen Kotch terminé.

Son regard se posa sur l'un des hommes devant lui.

- Envoyez l'unité 23 et 2 drones médicales au hangar 7.
- A vos ordres amiral. »

L'amiral quitta alors la passerelle, lui aussi avait décidé de se rendre au hangar 7, il faut toujours accueillir ses invités.





Code de Frosty Blue de Never Utopia


Dernière édition par Salen Kotch le Dim 12 Fév - 9:53, édité 1 fois
avatar
Salen Kotch
Amiral

Messages : 8
Date d'inscription : 04/02/2017

Module d'informations
Expérience:
10/250  (10/250)
Lieu de vie: Secteur Minos
Fonction: Amiral de la flotte Liberatum

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les flammes de l'enfer

Message par Salen Kotch le Dim 5 Fév - 19:25

Au coeur des ténèbres

...

Lorsque l'amiral arriva au hangar, ses hommes étaient déjà en position, prêt à ouvrir le feu en cas de problème. Les deux drones médicales était là eux aussi. Un peu en retrait ceux-ci attendaient les ordres. Kotch jeta un coup d'oeil au vaisseau, en effet, il y avait bien quelques impacts le long de la coque. Des impacts de canon léger, le genre d'armement dont dispose une canonnière. Puis il s'avança vers ses hommes, qui dès son approche le saluèrent avec un profond respect.

« Amiral.
- Rapport de situation sergent.
- Ils sont toujours à bord du vaisseau, la porte semble endommagée, cela empêche donc leur sortie.
- Forcez là.
- A vos ordres. »

Le sergent désigna deux hommes qui se dirigèrent vers la porte, armés de disqueuse à plasma pour ouvrir la porte. Les autres soldats se mirent en position, visant la porte du vaisseau qui ne tarda pas à céder et à basculer lourdement en avant. Un épaisse fumée s'échappa par l'ouverture, puis une femme en sortie, aidant une autre à marcher. Derrières elles les enfants avançaient doucement, ce demandant sous doute qui était tout ces hommes les braquant avec leur armes. La marche était fermé par un homme qui se tenait la tête, a ses côté la dernier femme du groupe. Le regard de Kotch se posa sur la jeune femme qui semblait avoir du mal à se déplacer sans l'aider de son amie. Brune, le teint aussi pâle que la mort, aucun doute. Il leva la main et ses hommes abaissèrent leur armes, les enfants surpris par la synchronisation quasi parfaite des soldats se cachèrent derrière les adultes.

« CV-7, CV-8, la femme.

Les drones levèrent alors la tête, s'élançant vers la jeune femme. Elle tomba presque dans les bras du premier drone, alors que son amie essayait tant bien que mal d'écarter le second drone essayant de lui faire lâcha prise.

- Mais foutu boite de conserve lâcher-la ! Lâche-la je te dis.

Le drone évita le coup de pied et attrapa fermement son poignet, appliquant suffisamment de pression pour attirer son attention. Les drones s'ils ne peuvent se montrer violent sous de même capable de se défendre, et cela sans qu'une de leur action ne soit mortel. Le drone nommé CV-7 n'avait d'ailleurs aucune envie de blesser la jeune. Premièrement il ne pouvait pas, et deuxième s'il l'avait voulu il l'aurait simplement encastré dans la coque de son propre vaisseau.

- Sa quatrième côté est cassé, elle transperce son poumon droit, elle fait une hémorragie interne. Et je vous prierez de ne plus m'appeler "boite de conserve". »

Il lui lâcha alors le poignet, CV-8 quant à lui avait pris la direction du bloc opératoire, portant la jeune femme comme s'il ne s'agissait d'une plume.  CV-7 cependant remarqua l'homme qui se tenait un peu en retrait et il s'approcha de lui. Kotch, comme tout le monde dans le hangar pouvait remarqué à quel point l'homme était mal à l'aise en présence du drone qui s'approchait de lui.

« Inutile de me regarder comme ça

Il écarte la main de l'homme de son front et examina la blessure.

- Blessure légère, 3 marqueurs suffiront pour résorber la plaie.
- Priorité à la femme.
- Oui amiral.

En voyant CV-7 se retirer l'homme soupira. Vraisemblablement il ressentait une certaine crainte envers les drones. Kotch nota cela dans un coin de son esprit ou cas, une telle information pouvait toujours se révéler utile dans un moment opportun. L'amiral regarda une à une les personnes devant lui, les laissant bien s’imprégner de la situation. Puis il avança, passant devant ses hommes alors tous au garde à vous.

- Qui est votre chef ?
]- Moi.

Le regard de Kotch se posa sur la jeune femme se massant le poignet.

- Ne soyez pas inquiète pour votre amie, aucun homme ne peut égaler la précision des drones en matière de chirurgie.
- Je l'espère pour vous.

Un silence s'installa alors, si les soldats de l'amiral n'avaient pas porté de casque, il aurait été possible de les voir tous écarquiller les yeux et regarder la jeune femme. Jamais quelqu'un n'avait n'avait utilisé un tel ton pour s'adresser à l'amiral, jamais. Et cela serait bien la dernière fois. Kotch tendit son bras vers un de ses soldats, qui immédiatement lui donna une arme de poing. L'amiral s'avança alors lentement vers la jeune femme qui ne semblait pas vraiment savoir à qui elle parlait, et encore moi qui il était.

- Savez vous qui je suis ?
- Pas le moins du monde.
- Très bien, vous tenez à cette homme là ?
Il désigna le type blessait à la tête.
- Evidemment, c'est mon chef mécanic....

Une détonation la coupa net dans sa phrase, l'homme recula de quelque pas avant de s'effondrer en arrière, la cage thoracique totalement enfoncée. Allongé sur le sol, celui crachait du sang tout en étant prit de convulsion, puis plus rien. Les enfants s'écartèrent et se cachèrent derrière la seconde jeune femme qui pour s'empêcher de crier s'était plaqué une main sur la bouche. La première femme se jeta alors sur l'homme.

- Nooooon ! Non ! Smity ! Espèce de salaud je vais vou...

Elle fut de nouveau coupé, cette fois ce fut par la vingtaine de soldats la braquant de leur arme respective. Tous prêt à faire feu au moindre signe d'hostilité. Le regard de l'amiral passa du cadavre étendue sur le sol, à la jeune femme, pleurant de colère.

- Vous êtes si pressé de le rejoindre ? Manquez moi de respect ne serait-ce qu'une nouvelle fois... Il braqua son arme sur la seconde femme. J'espère que nous nous sommes compris.  



Code de Frosty Blue de Never Utopia


Dernière édition par Salen Kotch le Dim 12 Fév - 9:54, édité 1 fois
avatar
Salen Kotch
Amiral

Messages : 8
Date d'inscription : 04/02/2017

Module d'informations
Expérience:
10/250  (10/250)
Lieu de vie: Secteur Minos
Fonction: Amiral de la flotte Liberatum

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les flammes de l'enfer

Message par Salen Kotch le Lun 6 Fév - 20:24

Au coeur des ténèbres

...

Vraisemblablement elle n'avait pas bien compris, un nouveau flot d'insultes sortie de sa bouche. Kotch hocha la tête, un homme sortie du rang et alla flanquer un grand coup de crosse à la jeune femme qui s'effondra sur le cadavre. Un bon petit K.O ne faisait jamais de mal. L'amiral tapota sur son terminal et un nouveau drone arrive.

« CV-9, emmène-la aussi au bloc, veille à ce qu'elle soit bien attachée.

Le drone se contenta d'hocher la tête, s'approcha de la jeune femme et la transporta comme s'il ne s'agissait que d'un vulgaire sac de patate. Kotch se tourna alors vers la seconde et dernière femme présente, celle derrière qui se caché les trois enfants. Il redonna l'arme de poing au soldat qui l'a rangea instantanément.

- Bon, j'espère que vous serez plus discipliné que votre amie. Votre nom ?
- Ta.. Ta... Tamara...
- Bien Tamara.
Il jeta un coup d’œil au cadavre étendu sur le sol. Elle fit de même, devenant alors aussi pâle que la mort.
- Première fois ? Ça vous passera.
A peine venait-il de terminer sa phrase, que cette Tamara poussa les enfants régurgita ce que contenait son estomac sur le sol du hangar. Les enfants s'écartèrent plus encore en affichant des mines dégoûtées. Le reste des soldats la regardèrent sans broncher, après quelques longues secondes elle releva la tête.
- Pard... Désolée... Je ne voulais pas... Je vais nettoyer.
- Une autre fois, il faut bien que quelqu'un s'occupe des enfants. Je vous prie d'excuser ses manières très peu utilisées au Conglomérat. Faite venir un drone qu'il s'occupe de ça. Il regarda la femme droit dans les yeux. Que les enfants vous suive, nous bougeons. »

Ils quittèrent alors la passerelle, Kotch avançait d'un pas rapide, la jeune femme la suivait de près avec les enfants, les soldats fermaient la marche. N'hésitant pas à faire quelques frayeurs aux enfants pour qu'ils ne ralentissent pas la cadence. L'amiral avait décidé de les emmener aux soins, afin d'examiner chaque enfant plus en détail, et aussi de voir dans quel état était la femme souffrant d'hémorragie. Les salles de soins étaient lumineuses, parfaitement propres, on y croisait plus de drone que d'homme, le seul homme était le chirurgien en chef. Pendant qu'un drone examinait les enfants et la seconde femme, l'amiral en profita pour discuter avec le chirurgien.

« Son état ?
- Stable amiral, CV-8 a fait de l'excellent travail, il en est presque aussi bon que moi.
- Et la deuxième ?
- Votre homme ne l'a pas raté, elle s'en tire avec une bonne commotion. Elle est encore inconsciente, mais elle devrait se réveiller d'ici une heure ou deux. CV-7 m'a parlé d'un homme, où est-il ?
- Il a servit d'exemple.
- Je vois... J'ai ici le premier rapport concernant les enfants et la seconde femme.
- Parlez.
- Et bien pour les enfants tout semble bon, signe vitaux correcte, quelques contusions mais rien de bien méchant. La seconde femme elle souffre d'une légère commotion, je dirais qu'elle à dû taper la tête contre quelque chose, outre cela elle aussi est en pleine santé.  
- Très bon travail. »

Ce n'était pas dans les habitudes de l'amiral de complimenter, cela toucha particulièrement le chirurgien qui faillit en perdre contenance. Il quitta la salle des soins, laissant quelques hommes derrière lui pour cadrer ces nouveaux arrivant. Il ne comptait pas particulièrement laisser tout ce beau monde le suivre à travers tout le Liberata. Il avait aussi ordonné que le hangar 7 soit nettoyé. Kotch suivit de quatre soldat, regagna la passerelle.

« Amiral sur le pont.
- Repos. Je veux un scan de tout le périmètre.
- Que devons nous chercher ?
- Une frégate peut-être, capable de transporter une ou plusieurs canonnière. »

Kotch avait bien l'intention de régler cette histoire de "pirates". L'amiral avait certes des manières et une nouvelle façon de voir les choses depuis la perte de sa famille. Il était plus... Dur, froid et distant. Abattre cet homme en bas, ça ne l'avait pas atteint, aucun remord, aucune conscience. C'est en cela qu'il était vraiment dangereux, il n'avait plus rien à perdre à présent. Il n'avait plus à se soucier de ce qu'il représentait, ni à ce qu'il inspirait, toute sa vie avait disparu dans une explosion. A présent, Kotch ne suit que les règles qu'il s'impose, se disant que suivre le modèle voulu par la société ne fera pas de lui quelqu'un de plus ou moins bon qu'un autre. Le tout est de savoir quelles sont ses règles.


Code de Frosty Blue de Never Utopia


Dernière édition par Salen Kotch le Dim 12 Fév - 9:54, édité 1 fois
avatar
Salen Kotch
Amiral

Messages : 8
Date d'inscription : 04/02/2017

Module d'informations
Expérience:
10/250  (10/250)
Lieu de vie: Secteur Minos
Fonction: Amiral de la flotte Liberatum

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les flammes de l'enfer

Message par Salen Kotch le Mar 7 Fév - 21:52

Au coeur des ténèbres

...

Plusieurs minutes s'écoulèrent, de longues minutes d'ailleurs. De son côté Kotch attendait, se demandant comment un vaisseau pirate pouvait s'attaquer à des vaisseaux marchand. Du temps où il faisait encore partie du Conglomérat, de nombreuses frégates militaires parcouraient l'univers avec l'objectif d'éliminer toutes menaces potentielles. Si vaisseau il y avait, impossible pour lui de se trouver dans le Secteur Minos, et encore moins dans la zone contrôlée par la flotte Liberatum. L'amiral en était sûr, aucun vaisseau n'aurait pas pu passer au nez et à la barbe de sa flotte. Les pirates devaient donc patrouiller à la bordure du secteur, profitant du manque protection de celle-ci. Kotch se redressa dans son fauteuil.

« Passez moi l'Olympus.

Sitôt dit sitôt fait, le commandant de l'Olympus apparut sur l'écran du terminal de l'amiral.

- Mes respects amiral.
- Commandant, je vous demande de vous rendre à la bordure du secteur. Nous recherchons un vaisseau assez gros pour se permettre à attaquer des vaisseaux marchands.
- Frégate mon amiral ? 
- Sans doute.
- Autorisation ?
- Essayer d'avoir un contact, s'il ne réponde pas vous pouvez les écraser.
- Se sera fait amiral.

Une nouvelle voix interrompu leur conversation, il s'agissait du second du Liberata.

- Amiral ! Frégate de classe A repérer à la bordure. Coordonnées 7-3-3-8-9-4.
- Commandant ?
- Oui, préparez le saut, coordonnées 7-3-3-8-9-4. Commandant Garlin terminé.
- Préparez le saut, nous accompagnons l'Olympus.»

Une fois encore les volets s'ouvrirent, libérant de nombreux éclairs bleutés. Le Liberata disparu dans une lueur bleu aveuglante. Ils arrivèrent à l'extrême limite de la bordure du secteur. L'endroit était presque désert. Il y eu une nouvelle lueur bleutée, et l'Olympus apparut. La frégate se trouvait devant eux, à une distance d'un kilomètre, voir un peu plus. Elle n'était pas tout à fait immobile. La taille de celle-ci était presque ridicule comparé à celle des deux croiseurs. La frégate devait mesurer 150 mètres de long.

L'Olympus ouvrit le feu en premier. Le tir toucha les réacteurs. Tir parfaitement exécuta qui neutralisa le module de pont-temporel de la frégate, le module inopérant et leurs réacteurs détruit, ils ne pouvaient pas s'enfuir.

« Bouclier à 75%. »

L'amiral avait vu juste, la frégate tenta une riposte avec ses tourelles. Mais leur puissance du feu était insuffisante pour inquiéter les deux croiseurs. L'armement de la frégate était tout juste pour attaquer des vaisseaux marchand. En cas de conflit leur rôle principale était d'harceler les voies commerciales, et non d'être dans le feu de l'action. Les multiples tir de la frégates furent absorber par les boucliers. Le Libera ouvrit le feu à son tour, le tir toucha la frégate sur le coté droit, provoquant une petite explosion.

« Ouvrez les communications, canal 8.6, parlons à nos invités.

La totalement des canons de l'Olympus se braquèrent sur la petite frégate, attendant un eventuel ordre de la part de l'amiral.

- Ici l'amiral Salen Kotch de la Flotte Liberatum. Au nom du Territorium Liberatum, vous et les vôtres êtes accusés de piraterie et d'attaque sur vaisseau civile.

Une canonnière apparut alors, sortant de la part la côté droit de la frégate, elle tenta de s'enfuir mais un nouveau tir de la tourelle principale de l'Olympus s'en chargea, la transformant en une boule de feu difforme d'un seul coup.

- Aucun jugement ne sera fait, aucun pardon ne sera accepté. La mort est honorable. Amiral Salen Kotch terminé. Que l'on active le Cerberus. »

Un membre d'équipage se jeta sur son écran de contrôle, lança alors la procédure d'attaque. Les attaches du pont supérieur s'ouvrirent alors, le pont commença à se séparer. En quelques secondes, un espace conséquent avait vu le jour au milieu du pont, laissant apparaître ce qui ressemblait à un énorme canon.

« Calcul de la trajectoire de tir terminé, lancement des générateurs, Cerberus chargé à 43% amiral !

Le pont s’immobilisa alors, laissant le canon sortir un peu plus, la bouche de celui-ci commençais à prendre une teinte rouge orange. Cette lueur était aveuglante, elle illuminait la passerelle de mille feux.

- 73%... 87%... 100% ! Cerberus prêt !
- Faite feu. »

Une source de lumière instance s'échappa alors de la bouche du canon, une lueur semblable à celle de l'explosion d'une étoile. Les vitres de la passerelle se teintèrent automatique afin de permettre à tout l'équipage de regarder. Le rayon ardent se dirigea droit sur la petite frégate, il la traversa de part en part, comme la lumière traverse les ombres. Une seconde lueur émergea de la frégate, s'en suivit une énorme explosion, l'équipage des deux croiseurs purent sentir l'onde de choc. Il ne restait rien de la frégate, si ce n'est quelques petits débris si ridicule qu'il était alors impossible de voir à moins d'être très proche.

« Nous rentrons. »


Code de Frosty Blue de Never Utopia
avatar
Salen Kotch
Amiral

Messages : 8
Date d'inscription : 04/02/2017

Module d'informations
Expérience:
10/250  (10/250)
Lieu de vie: Secteur Minos
Fonction: Amiral de la flotte Liberatum

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les flammes de l'enfer

Message par Salen Kotch le Mer 15 Fév - 20:47

Au coeur des ténèbres

...


Le pont se mit à bouger une fois encore, mais cette fois pour se refermer sur le canon. Sur la passerelle tout le monde était en pleine effervescence. En effet l'arme nommée "Cerberus", était une toute nouvelle arme, prototype développé exclusivement pour le Liberata, seul vaisseau de la flotte capable d'alimenter une telle arme. Le Cerberus était en effet une arme d'un tout nouveau genre, une arme capable de produire une énergie similaire à celle d'une explosion d'étoile, et de la concentré en un faisceau, capable de tout détruire sur son passage. Il s'agissait là de la toute première utilisation du Cerberus. La passerelle était donc soulagée que l'arme soit fonctionnelle et quelle n'est pas explosée. L'amiral quant à lui était resté confiant, cette arme c'était sa vengeance.

« Reprise d'énergie sur les moteurs principaux, procédure de fermeture du pont terminé. Précision du tir 98,87%. Procédure de refroidissement du Cerberus, ouverture des panneaux latéral de dissipation.
- C'est un test concluant pour une première amiral.
- En effet. Très concluant même, il ne reste plus qu'a le tester sur une cible plus importante qu'une simple frégate. Pensez-vous qu'il soit capable de tirer plusieurs fois ?

L'ingénieur baissa la tête sur ses relevés de données.

- Oui, mais pas de manière illimité. L'énergie que produit le canon met un énorme coup à nos générateur, nous sommes équipés des meilleures technologie, à titre de comparaison amiral, le croiseur L'intrépide du conglomérat n'est pas en mesure d'alimenter le canon ne serait-ce que pour un tir à 75%. Je pense que... Nous pouvons faire feu avec le Cerberus 6 fois, au delà de ça nous risquons de l'endommager et de provoquer une fission.
- 6 fois. Cela sera suffisant. Nous frapperons vite et fort. Que l'on retourne sur notre territoire. Que l'on prévienne l'Olympus du saut. »

D'un geste de la main, Kotch ordonna à son équipage de retourna dans le périmètre sous leur contrôle. La présence des deux croiseurs avait sans doute d'ors et déjà fait s'emballer quelques radars du Conglomérat. Sans parler de la signature thermique du Cerberus qui resterait longtemps présente dans les environs. Alors qu'il se rendait dans ses quartiers de nouveau le Liberata sauta, se rendant au point de rendez-vous avec le reste de la flotte. L'amiral, une fois dans ces quartiers, se connecta à son terminal, regardant une fois encore cette même vidéo. Celle que lui avait envoyée sa femme et sa fille pour lui annoncer leur venu. En voyant la vidéo, il passa instinctivement sa main sur l'écran, comme s'il espérait pouvoir toucher son visage une dernière fois. Mais il ne sentait rien d'autre que la froideur de l'écran.



Code de Frosty Blue de Never Utopia
avatar
Salen Kotch
Amiral

Messages : 8
Date d'inscription : 04/02/2017

Module d'informations
Expérience:
10/250  (10/250)
Lieu de vie: Secteur Minos
Fonction: Amiral de la flotte Liberatum

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les flammes de l'enfer

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum